Les femmes dirigeantes du monde – une différence ?

Je me suis intéressée dernièrement sur l’impact des femmes sur nos sociétés à travers le monde. Est-ce que cela fait une différence sur la façon de gérer et gouverner autant un pays qu’une entreprise.




L’idée de mes recherches sont venues d’un homme ...mon père. Depuis quelques temps il me parlait souvent des leaders femmes de pays et de leurs succès dans la gestion autant de la pandémie que des modèles inspirants éducationnels et de croissance. J’ai commencé à faire plusieurs recherches et à travers celles-ci j’ai réalisé l’apport important des femmes dans plusieurs pays et de leurs manières de gouverner autant un pays qu’une entreprise. J’ai donc décidé de partager le fruit de ce que j'ai trouvé.


Je suis pour la diversité et l’inclusion. Je rêve d’un monde meilleur pour nous et nos enfants. Que laisserons nous comme héritage aux prochaines générations...


Au cours de mes consultations, recherches et lectures, j’aimerais vous partager le constat que j’ai réalisé.


En premier lieu saviez-vous qu’en ce moment il y a 21 dirigeantes sur 200 pays à travers le monde. La plus jeune a été élue à 34 ans et elle vient de la Finlande. Fait intéressant son cabinet est composé de 12 femmes et 7 hommes de tous âges confondus.


Il y a 4 dirigeantes en Asie, 2 en Océanie, 2 en Afrique, 3 dans les Caraïbes, 11 en Europe et aucune dans les Amériques… En espérant que cela change sur notre continent 😊


C’est quoi leurs bases communes ?


  • Mettre en place une société pacifiste et prospère qui repose avant tout sur une égalité entre les sexes, et entre les genres.


  • Construire une société qui soit socialement, économiquement et écologiquement durable.


  • Renforcer l'égalité, l'éducation et les compétences.


En lien avec la pandémie du Covid-19 que font les femmes dirigeantes ou non?


  • Elles ont fait face en déployant sans tergiverser franchise, détermination, empathie, réactivité et anticipation, qui sont aussi les clés d'une gestion efficace. Et sans jamais prononcer le mot "guerre"...

  • Elles se sont mises en quête d’un sens orienté sur les enjeux environnementaux, humains, sanitaires et économiques

  • Résiliante et déterminée pour le futur de ses enfants

  • Collaboration et codéveloppement

  • Elles ont supporté notre système de santé et d'éducation (principalement des femmes sans pouvoir politique)



Voici certains chantiers ou données intéressantes concernant les femmes de notre monde que j’ai trouvé pertinent à partager :


  • La Commission européenne et son plan 2019-2024. La présidente élue Ursula Von der Leyen s'est exprimée en ces termes: «Notre économie sociale de marché est unique. Elle est la source de notre prospérité et de notre équité sociale. Cela est d'autant plus important que nous nous trouvons face à une double transition: climatique et numérique.» Une économie qui doit être au service des personnes


  • Les données économiques montrent que le fait de donner aux femmes les mêmes chances qu'aux hommes améliore la compétitivité et la productivité d'un pays, ce qui a à son tour un impact positif sur la croissance économique et la réduction de la pauvreté.


  • Globalement, l'élimination de toutes les formes de discrimination à l'égard des femmes pourrait accroître la productivité par habitant de 40%, selon la Banque mondiale (Doing Business Report, 2017).


  • Selon une étude de McKinsey, la suppression des inégalités entre les hommes et les femmes pourrait accroître le PIB mondial d'au moins 12 000 milliards d'USD d'ici à 2025, soit l'équivalent du PIB actuel du Japon, de l'Allemagne et du Royaume-Uni réunis.


  • Le directeur général, Roberto Azevêdo de l’organisation mondiale du commerce partage sa vision : "Pour pouvoir saisir toutes les possibilités offertes par l'économie mondiale, nous devons veiller à ce que les femmes soient pleinement associées à ces efforts. Les femmes entrepreneurs jouent déjà un rôle essentiel dans de nombreuses économies. Selon certaines estimations, elles sont à la tête d'un tiers des petites et moyennes entreprises dans les pays en développement"

Au Québec quel genre de leadership avons-nous au féminin et qu’est-ce qui fait la différence ?


Sophie Brochu a mentionné lors d’une entrevue : la meilleure façon de progresser dans nos vies professionnelles, c'est de s'entourer de gens qui sont plus forts que nous.


Lors d’un événement auquel j’ai participé, Isabelle Hudon m’a marqué par ses propos : réseauter et s’entraider. Se faire confiance aussi.


La gouvernance au féminin avec Caroline Codsi. Elle encourage les femmes à s'impliquer dans les CA et de s'impliquer dans les postes de direction. Ensemble prenons notre place.


Mon message personnel aux femmes de ce monde :


En affaire il faut briser ce fameux plafond de verre, car c’est nous même qui nous mettons des barrières avec notre syndrome de l’imposteur.


Entraidons-nous, collaborons, pensons à l’impact que nous avons sur les gens que nous rencontrons dans notre vie. Soyons un agent de changement positif.


Sensible et empathique ne veut pas dire faible. Cela démontre notre ouverture sur les gens.


L’innovation aux féminins c’est possible

Note à propos de l’auteure : Stéphanie Sauvé, CRHA, se spécialise dans le rôle-conseil stratégique en croissance et innovation d’entreprise. Celle-ci accompagne ses clients afin de les aider à devenir des modèles tant au niveau humain qu’à celui des affaires. Échanger, prendre soin des gens, collaborer, partager et créer de la valeur ajoutée sont des valeurs importantes pour elle. Vous pouvez la contacter via son site web : www.stesconseils.com ou par courriel à stephanie.sauve@stesconseils.com

Posts à l'affiche
Posts Récents
Archives
Retrouvez-nous
  • LinkedIn Social Icon
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square